Diégèse  mercredi 2 août 2000


ce travail est commencé depuis 215 jours et son auteur est en vie depuis 14668 jours (22 x 19 x 193 jours) 2000

ce qui représente 1,4658% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
C'était le premier jour de planche à voile. J'étais un peu inquiet du vent qui soufflait trop fort pour moi, trop fort pour l'envie que j'avais de rester dans l'eau, de tomber, de me relever difficilement, de retomber encore. Les vacances fournissent parfois des allégories amusantes. L'étang salé nourrissait toujours les mêmes cohortes de moustiques sanguinaires. L'eau pénétrait toujours aussi avidement dans les oreilles et poissait les cheveux.
Tu es loin maintenant, à vivre des aventures insoupçonnables, inespérées. Tu regardes le tableau de départ de cet aéroport futuriste. Le départ approche et mon visage s'estompe, se marque, s'évanouit. Tu ne me reconnais plus quand tu marches dans ces rues que tu voudrais plus exotiques.
Il n'y avait pas assez de vent pour aller sur l'étang salé jouer au saut de carpe dans l'eau qui poisse. Viendra la nuit et tous les apaisements, le hamac et les étoiles dans la douceur humide de l'île. Je veux revenir la nuit sur l'île de toutes les enfances, revivre encore les regénérescences de l'eau et du sable, prendre des douches fraîches et brûler le dos en pensant que c'est sans doute la dernière fois. Jouer les départs et les retours.