Diégèse  lundi 7 août 2000


ce travail est commencé depuis 220 jours et son auteur est en vie depuis 14673 jours (3 x 67 x 73 jours) 2000

ce qui représente 1,4994% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passé déjà passé et à venir
Je suis enfin arrivé en Bretagne, avec le guide vert et quelques cartes achetées sur l'autoroute. Je n'ai jamais su choisir les hôtels. Ils me paraissent tous faussement accueillants. Les hôteliers semblent toujours reprocher le voyage, vivant dans l'espoir d'une complète sédentarité qui leur enlèverait leur gagne pain mais aussi leur assujettissement à une clientèle qu'ils n'aiment pas. J'ai mal choisi l'hôtel, il est cher et l'odeur fade de la chambre pourrait m'empêcher de dormir. Je sais mieux choisir les restaurants maintenant. Les restaurateurs se piquent d'avoir du goût et maintiennent leurs clients dans une expectative douceâtre qui peut parfois être agréable. 
Il ne sera bientôt plus possible de voyager. Tout va s'organiser autour de la prévision, de la télécommande, des préparatifs, les préliminaires sans la jouissance.
Je ne suis pas certain que ce que je fais a vraiment de l'intérêt. Je me suis promené en voiture toute la journée, cherchant en Bretagne, à partir de dix-neuf heures un hôtel que je ne trouverai que trop tard pour qu'il soit vraiment confortable et agréable. Je suis à Morlaix, au bout d'un estuaire mort, presque. Il y a un viaduc incroyable qui défigure cette petite ville dont les maisons anciennes attestent la coquetterie. Alors, elle fait de cette balafre une curiosité, métaphore de l'art et de la création. En fait, j'aime ce viaduc, qui m'obligera pourtant à partir demain. Je ferai autrement.