Diégèse  mercredi 9 août 2000


ce travail est commencé depuis 222 jours et son auteur est en vie depuis 14675 jours (52 x 587 jours) 2000

ce qui représente 1,5128% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passé déjà passé et à venir
Il a fait beau toute la journée et je suis resté sur la plage, à mesurer la marée qui descendait, voir la mer étale, loin, et c'est une course jusqu'à l'eau froide, puis la voir remonter tranquille, faire des poches, et donner au ciel l'occasion de rougir de vent. Le sable fin s'est immiscé partout sur ma peau, sous mes ongles et quand je déglutis, c'est encore du silice qui coule avec la salive. Le sable me lave encore plus que l'eau, il me terrasse aussi, m'arrache à moi-même comme un Robinson improvisé et temporaire. Je vais sortir ce soir à Quimper. Il y a une fête traditionnelle et l'on dit que le cidre y est bon. Je vais aller en Bretagne de Cornouaille. Il ne faut plus jamais oublier Tronoen si longtemps et marquer comme le temps passe en revenant toujours.
Je ne t'emmènerai jamais ici, c'est comme dans une toile de J.
Ce matin, le phare d'Eckmühl faisait sonner sa corne et la brume était donc aussi bien de terre que de mer. J'ai décidé très vite, à mesure que le ciel se dégageait de rester sur la plage toute la journée. Ce soir, je suis écrevisse. Bien fait.
Il y a, quand je reviens le soir sur la lande, une odeur de chicorée sauvage. Je ne sais pas, bien sûr, qu'il s'agit bien de cette plante, mais le nom m'en est venu ainsi. C'est une odeur forte, une odeur d'épice incongrue dans ces terres salées.
Je ne sais pas si demain matin j'entendrai encore le phare d'Eckmühl.
Demain, je ne sais pas ce que je ferai. Je serai peut être obligé de rester à l'ombre, de soigner mes brûlures et de ne me risquer sur la plage qu'après dix-huit heures.