Diégèse  vendredi 11 août 2000


ce travail est commencé depuis 224 jours et son auteur est en vie depuis 14677 jours (13 x 1129 jours) 2000

ce qui représente 1,5262% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passé déjà passé et à venir
Dans la chapelle de la joie, la symbolique des vitraux est donnée sur de mauvaises feuilles de papier noircies par une grosse écriture de prêtre habitué au catéchisme. La lancette centrale donne "la cause de notre joie". Seule, abandon d'une poutre qui n'a jamais existé, un sculpteur marin a donné cette sirène qui depuis regarde tous les pèlerinages, munie d'un miroir et d'un peigne dont le prêtre suggère qu'ils représentent la luxure. Mais la sirène est triste, et là cependant, à la place de choix, décalée, asymétrique, incongrue, elle devient le centre magique de ces mystères annoncés et ordonnés dans le vitrail, et la rose non encore éclose qui représente la vie. Les deux lancettes qui entourent le vitrail central proclament que la lune est belle. La lune et la sirène. Fallait-il que les prêtres soient ingénieux pour ne pas voir au delà que quelques historiettes. C'est un mauvais rêve, je vais repartir vers la mer et les dunes, je n'attendrai pas encore plusieurs années pour sentir l'odeur de curry sauvage sur la lande de Penmarc'h, je n'attendrai pas plus longtemps la caresse râpeuse du sable sur la peau et la dune blanche. Je t'ai regardé partir, avec les larmes, car c'est toi qui me quittes quand je rentre à Paris, et je ne comprends pas comment une terre de sortilège n'en a pas un pour moi qui me ferait rester.
J'ai fait la route, emplissant ma tête de sons mixés et rythmés, je crois que rien ne m'a arrêté jusqu'ici, Paris, et j'ai encore failli mourir.
Je suis rentré dans la ville fantôme qui prend ma vie, tous les jours, qui l'embaume. Je vais demain aller encore faire le cirque de l'importance dans des bureaux dorés, presque. Il me manquera la mer et si tu me téléphones pour me parler de plage, je pleurerai encore.