Diégèse  jeudi 31 août 2000


ce travail est commencé depuis 244 jours et son auteur est en vie depuis 14697 jours (32 x 23 x 71 jours) 2000

ce qui représente 1,6602% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Vous avez remarqué ces troubles depuis longtemps ? Des vertiges ? La tête lourde ? Et maintenant, ces manifestations cutanées sur l'ensemble du corps, particulièrement sur les mains et les pieds ? Racontez moi, racontez moi, et je raconte, l'angoisse, la peur, et le désir. 
Il fallait bien recommencer encore mais cette fois, l'histoire ne va pas s'arrêter sur une descente alerte sur la bicyclette de la rue qui mène à la Bastille. Elle va continuer, elle va se dilater dans l'ensemble du temps de ma vie, elle va parier sur le passé, sur les souvenirs, sur ce qui a été. Elle va arrêter le temps, la course et la trajectoire insensée qui avait été prise.
Ce n'est rien, c'est très courant l'été. Vous n'aurez plus rien dans quelques jours. Le médecin prédit. Ce n'était donc pas un cancer de la peau, accéléré, généralisé, fulgurant, définitif. Qui y croyait vraiment cependant ?
Je suis allé chercher le courrier de G. C'était le dernier soir du mois d'août. Il faisait assez chaud pour pouvoir rester en chemise et laisser le vent se mettre sur la peau, gonflant le tissu, caressant davantage encore quand le buste se redresse.
Je reçois maintenant chaque jour des messages de M. qui me dit écrire chaque jour des "instantanés". Qui sait ? C'est peut-être moi, encore. J'attends d'y voir plus clair, de parler avec toi de la vie d'automne qui commence demain.