Diégèse  lundi 3 avril 2000



ce travail est commencé depuis 94 jours et son auteur est en vie depuis 14547 jours (3 x 13 x 373 jours) 2000

ce qui représente 0,6462% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Encore une de ces journées qui me lassent. J'ai déjeuné avec un militaire, en civil et civil et nous avons déjeuné lourd dans un restaurant grésillant. J'avais un rendez-vous l'après midi dont j'avais oublié l'objet.
Je suis sorti ce soir, je suis allé encore m'asseoir à la terrasse d'un café de touristes et j'ai encore parlé anglais avec l'accent arabe pour garder des bribes en oreille de nos babils amoureux.
J'ai vu ton corps quand je suis revenu, ton corps vieilli. C'est sans doute qu'à la table à côté de moi, on a parlé de mort, et de mort en arabe. Une jeune fille a dit. "On les enterre tout de suite, sans leur laisser le temps de profiter de leur mort". De qui s'agit-il ?
Le temps s'est dégradé à la mesure de mon humeur, dans l'attente de ton appel, qui n'est venu que tard, quand je ne pouvais déjà plus revenir vers le bonheur, vers le désir et vers l'amour.
V. me dit qu'il faudrait qu'il se passe quelque chose. Mais il se passe quelque chose. Il se passe que je t'aime, que cet amour me vient de loin, qu'il me transforme jour après jour dans la solitude des jours, sans toi. Il se passe quelque chose. Il se passe toi qui me reviens parfois et puis qui pars, que je crois oublier et qui m'offres le remords. Tu habites le fil de ces textes et de ce temps qui me passe. Il ne se passe que toi, là, toujours.