Diégèse  mercredi 5 avril 2000



ce travail est commencé depuis 96 jours et son auteur est en vie depuis 14549 jours (14549 = nombre premier) 2000

ce qui représente 0,6598% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je me suis réveillé tôt et le vin de la veille pesait encore sur mon crâne et mon estomac. La fatigue sans doute de cette vie sans âme, vraiment. Je me suis réveillé tôt malgré l'indolence programmée et j'avais envie de pleurer.
Il n'y avait pas de soleil sur Paris aujourd'hui. Tu devais revenir de là où tu étais, tu devais rentrer, recommencer à surgir dans mon espace bordé, l'effaroucher et partir, revenir te blottir sans donner pour autant une promesse d'amour. Quand j'aurai accompli le chemin de cette vie sans cesse, qui marche sur la tête des mots d'amour sans connaître l'amour, que dirai-je de toi ?
Je me suis réveillé tôt, j'avais programmé une oisiveté, je voulais commander un billet d'avion pour rejoindre G. et H. dans l'île de vacances qui reposent et qui lavent, mais la journée a bifurqué d'un coup, d'un appel, une réunion, une conférence, un bureau nouveau et les odeurs rances de l'escalier, l'impression de faux et de clos s'étaient envolées.
Je sais déjà, cependant, que j'ai vécu dans cet immeuble sale et tranquille les derniers jours de la jeunesse. Je sais que je vais regretter l'absence complète d'enjeux et de travail surmené. Je vais m'en aller dans le réel de l'action et je vais dormir peu et vivre vite
Tu seras avec moi ou te refuseras-tu encore ?