Diégèse  vendredi 7 avril 2000



ce travail est commencé depuis 98 jours et son auteur est en vie depuis 14551 jours (14551 = nombre premier) 2000




hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Levé tôt, t'aimant chat dormant là. Parti tôt pour enlever les papiers et toute la vie bureaucrate de cet immeuble aigre.
Il y a quelques vues, quelques perspectives qui me manqueront, la tutelle de la Tour Eiffel, qui a marqué de son décompte naïf les jours près de la Seine, l'apprentissage saisi de la paperasse électronique, l'immense effroi des espaces hiérarchiques qu'il s'agissait d'habiter.
Sais-tu que j'ai retrouvé une lettre de toi au milieu des archives, tu me disais que mon visage était composite et cela m'avait beaucoup surpris, comme si je ne savais pas ce que tu voulais dire.
J'aime traverser Paris dans une voiture conduite. J'aime avancer sous la pluie. Après un moment, le conducteur, pris par l'attention déployée aux autres voitures se tait. Après un moment, de la buée commence à venir sur les vitres mouillées et les traces d'enfant en moi peuvent dessiner une tête, un bonhomme, des signes indistincts
Tu te rappelles quand je suis revenu si vite de Damas parce que tu ne voulais plus, une nouvelle fois, me voir et m'entendre et me parler et me regarder. Je suis revenu comme on revient dans un jeu vidéo, avec l'envie folle de te heurter, de t'embrasser et de mourir, enfoui finalement.