Diégèse  samedi 8 avril 2000



ce travail est commencé depuis 99 jours et son auteur est en vie depuis 14552 jours (23 x 17 x 107 jours) 2000

ce qui représente 0,6803% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je commence la journée par des chansons de variété et des images d'Égypte dans la tête. Je me suis réveillé au Caire dans une chambre douce et poussiéreuse de cette poudre du Sinaï lointain qui se rappelle toujours. Sur la télévision des images me montrent les splendeurs de l'Orient. Une voiture m'attend tout à l'heure pour aller, enfin, visiter les Pyramides. 
J'ai vu les Pyramides perdues dans la ville qui arrive. Tu es souvent  comme elles, assaillies par les jours.
Je suis revenu dans la chambre de l'hôtel après avoir marché le long du Nil. Je renifle les relents de naphtaline des vieux tapis du couloir.
Je suis allé aux Pyramides et j'ai compris ce que je n'avais jamais lu : qu'il fallait des monuments aussi imposants pour conjurer la frayeur du désert qui s'étend dès que l'on a franchi l'arrête du plateau. Pour y aller, la route qui longe les canaux est comme les routes que je connaissais en Irak, défoncée, prête à expulser les convois dans l'eau boueuse où les enfants se baignent.
J'ai demandé au chauffeur de la voiture de me laisser au musée et de partir. Je rentrerai à pied. Je m'y suis abîmé. Toutes ces salles au seul profit de la mort.
Tu aurais pu m'accompagner si tu en avais eu le désir. Je t'aurais montré ma statuette préférée, misérable.