Diégèse  mardi 11 avril 2000



ce travail est commencé depuis 102 jours et son auteur est en vie depuis 14555 jours (5 x 41 x 71 jours) 2000

ce qui représente 0,7008% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Il va falloir que je rentre. Je me suis offert une autre journée au Caire, une dernière sans doute, je prends l'avion tôt demain matin, qui me mènera à Paris sans encombre, comme le font les avions.
Je me suis offert encore une visite au musée, j'ai visité mes morts, accordant une attention toute particulière aux statues à qui personne ne parle.
Dans la chambre climatisée où le trésor de Touthankamon est entreposé, la vie de la ville africaine pousse quand même aux fenêtres grillagées. Elle est là, et donne vie aux morts et sens à la vie.
Je me suis perdu pour rentrer à l'hôtel, refusant les felouques et le décor de touriste. J'ai fini dans un taxi très brinquebalant, comme il se doit puis j'ai lu ton message.
Je rentre demain matin, tôt. J'ai passé la journée à me promener au Caire. Je n'ai pas pu rentrer dans le musée, il était fermé, de façon exceptionnelle, une statuette avait disparu, la veille, une petite statuette mortuaire, dit le journal, qui en montre une photo passée provenant des archives de fouille, une statuette mortuaire déjà morte. Je n'ai pas voulu reprendre un taxi pour retourner à Saqqarah. Il semblerait que l'on y a retrouvé une chambre nouvelle.
Je n'ai toujours pas trouvé si Mathieu était vraiment au Caire. 
Je ne parviens pas à comprendre ce qu'il y aurait fait, sauf à suivre quelqu'un, un orientaliste arabophone, pour lui soutirer des informations... Sur qui ? Sur Quoi ? Mais toi tu m'écris de Madrid, soudain dans le bonheur que la poste fonctionne.