L'actrice qui joue Bérénice est une amie de Marie. Il ne l'avait jamais vue, elle ne la voit jamais le vendredi. Elle lui parle d'elle, de son talent d'architecte, lui dit qu'il pourrait faire appel à elle pour aménager l'agence culturelle. Cela le tente. Il se dit que pendant un temps, il verrait Marie le vendredi et le samedi, avant de réaliser, qu'absente de Paris, le petit coursier ne la verrait plus le vendredi. Sauf à ce qu'il vienne avec elle. Ce serait la première fois qu'il se rencontrerait lui-même et il n'est pas certain d'y être préparé. Il y a pensé parfois, souvent dans son coma du dimanche. Il s'est dit qu'il pourrait aller se voir à l'hôpital. Il a renoncé. Tout cela est si proche de la folie, déjà. Non Marie viendra seule à Alep, si elle le souhaite. Il ne tentera pas de la séduire. D'ailleurs, à cette idée, il se sert un peu plus d'arak, celui qui poche ses yeux et graisse son teint, alourdit sa taille et lui donne cette démarche indécise, parfois, le soir.
Suite
et index