Diégèse  samedi 30 décembre 2000



ce travail est commencé depuis 365 jours et son auteur est en vie depuis 14818 jours (2 x 31 x 239 jours)
2000




hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je me suis levé tôt, comme je le fais toujours quand les vacances se terminent. Ce sont encore des vacances sans toi, mais je sais qu'il n'y aura plus jamais de vacances avec toi. Quand je rentrerai, j'aurai peut-être une carte postale d'Égypte, qui me montrera le Nil ou un temple, une ou deux pyramides. J'aurai peut-être un message sur le répondeur téléphonique où tu joueras à me faire entendre de faux cris de crocodiles et tu riras de frayeur dans le combiné avant de raccrocher brutalement. Il n'y aura rien de tout cela. Il y a déjà longtemps que tu ne m'écris plus. Il y a déjà longtemps que tu ne me parles plus, depuis cette nuit glacée, où dans l'alcool, j'ai pris ta main avec audace et j'ai rompu alors nos liens.
Tout à l'heure, le chalet retentissait de cris d'enfants et de rires. Je devrais m'employer à garder des enfants. Ils me maintiendraient frais et dispos pour les jeux et les rires.
Je sais très bien que quand le téléphone sonne, ce n'est pas toi.
La Suisse ne ressemble pas à la France. C'est ailleurs. On y ressent encore les effets de la guerre. Les effets à l'envers, sur un pays qui n'a pas connu la guerre. C'est comme ces jeunes artistes qui travaillent sur le comment serait le monde si ceci ou cela n'existait pas. Il y avait, à Belfort, leur enthousiasme et leur douceur. Je voudrais les revoir. Ce serait comme imaginer comment serait mon visage, comment serait mon sourire si tu n'existais pas, si tu n'avais pas existé, si je n'avais pas connu ton amour et l'amour pour toi.
Mais cela n'a rien d'artistique. C'est ma vie qui s'écoule et qui danse, comme les drapeaux dansaient dans le ciel cannois ce soir-là, mais tu ne t'en souviens pas. Tu n'étais pas là. 
Je n'ai pas entendu ta voix. Elle ne m'a pas réveillé. Je ne sais plus ce que sont tes baisers. Je n'en ai jamais rien su
Cette année qui s'achève et qui dit que le désespoir existe. Il faudra attendre 1000 ans pour écrire de nouveau trois zéros à la suite.