Diégèse  lundi 7 février 2000



ce travail est commencé depuis 38 jours et son auteur est en vie depuis 14491 jours (43 x 337 jours) 2000

ce qui représente 0,2622% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Pour la première fois aujourd'hui, je n'ai pas pu prendre ma bicyclette et je suis allé, claudiquant, à travers la ville, en autobus. La douleur dans les reins m'a empêché de dormir toute la nuit et j'ai dû aller, encore une fois aux urgences de l'hôpital le plus proche, à cette heure du matin où les putes ont mal aussi et viennent hurler et demander des antalgiques du cœur.
Rentré vers six heures du matin, je suis allé travailler quand même, pour refuser ça, la débile douleur qui oblige.
Montaigne toujours, mais lui était sur un cheval. C'était pire.
Malgré le rhume et la toux, aujourd'hui, je n'ai pas pris les transports en commun. Et je n'étais pas si essoufflé même si mes poumons sifflaient un peu dans la côte des Champs Élysées.
Finie la maladie, même si elle me vieillit elle a du moins le mérite de calmer les attentes et les manques, de forcer à se coucher tôt, abruti de sirop contre la toux trop sucré et codéïné à souhait.
J'avais pensé quelque chose que j'aurais dû écrire ce soir, de cette journée qui s'est passée, mesquine.
J'ai oublié. Ce texte s'étiole et se détruit. Qui le lira jamais ? J'ai aimé le cours de ce soir.