Diégèse  mercredi 9 février 2000



ce travail est commencé depuis 40 jours et son auteur est en vie depuis 14493 jours (3 x 4831 jours) 2000

ce qui représente 0,2760% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Levé tôt, parti tôt, la fin du rhume oubliée, j'ai rejoint S. dans la grande salle et nous avons travaillé deux heures à masquer l'inaction de bureaucrates. Puis au bureau, j'ai travaillé à faire dire à des muets des choses sans importance. J'ai déjeuné, avec qui ? Puis, l'après-midi, j'ai travaillé avant d'aller, de l'autre côté de la Seine, à une réunion de travail puis de dîner avec un collègue de travail, de travail, de travail, de travail.
Entre les lignes, ton visage s'immisce. Entre les pages, je vois parfois ton sourire. Ton corps apparaît dans le métro quand je ferme les yeux et quand j'ai la grâce de rencontrer ton parfum, c'est ta bouche qui m'embrasse. Presque. Tu vois ? Mon émotion. Un message.
Vite, vite, il est tard et je dois dormir. Noter ici quelques mots de ce jour sans surprise et dormir, ou essayer.
Tu sais, beaucoup se demandent qui tu es. F. ? Qui est-ce ? Et personne ne croit que je ne le sais pas moi mêmeJe colle des images, que je colorie ensuite des couleurs de ce que je nomme "amour".
Mais qu'est-ce qui s'est vraiment passé ? De quoi s'agissait-il ? Quand tu as refusé de me voir désormais, je sais seulement que j'ai ressenti, pour la première fois, un manque, un creux, un vide, une absence dont j'ai su, de façon instantanée, qu'elle serait définitive. J'ai découvert là que tu me tueras. J'ai découvert là qu'ensemble, nous ne mourrions pas. J'avais écrit un texte sur Ulysse. Je dois le retrouver.