Diégèse  mardi 15 février 2000



ce travail est commencé depuis 46 jours et son auteur est en vie depuis 14499 jours (34 x 179 jours) 2000

ce qui représente 0,3173% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
J. m'a dit que j'allais tomber amoureux, alors je suis comme cette dame qui achète une voiture d'occasion et qui attend. Le vendeur lui demande ce qu'elle attend. Elle affirme que son neveu lui dit que si elle achetait une voiture d'occasion, elle était certaine de se faire baiser. J'attends.
Ce n'est pas drôle. Si. La ministre était charmante, mais la presse dans ce salon, étouffante. Je ne pensais qu'au soir et au moment où je pourrais enfin sortir l'aspirateur vert pomme pour désouiller la moquette en damiers. Rien, Cannes est pleine de monde et déserte à la fois et j'ai le teint gris, comme chaque fois que je me livre à la foule inerte. Mais je ne m'ennuie pas. Il y a la mer.
J. m'a dit que j'allais tomber amoureux. J'attends. j'ai attendu toute la journée, l'agacement montant sans cesse, jusqu'à l'agressivité. Je m'ennuie beaucoup et je ne vois pas comment je tomberais amoureux, sans mettre à profit des techniques de drague qui détruiraient le propos même de l'entreprise. Je ne le ferai pas. Pas ce soir en tout cas. Je dois être demain à neuf heures dans le décor de carton pâte.
C'est bien une vacance ici, une vacance de toi et j'ai même des difficultés à imaginer à qui tu peux ressembler, ce que tu peux faire m'est entièrement étranger mais alors, je m'ignore, je m'éloigne. Le texte se délite, se défile. Sans ton amour, là.