Diégèse  jeudi 17 février 2000



ce travail est commencé depuis 48 jours et son auteur est en vie depuis 14501 jours (17 x 853 jours) 2000

ce qui représente 0,3310% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
La journée n'a pas suffi à enlever la fatigue des jambes et des paupières. Je n'irai plus aux soirées offertes par cette entreprise de l'internet. Elles me conduisent dans des chemins périlleux. Tu étais devant l'hôtel M. à minuit lorsque je suis rentré. J'avais froid, on avait volé mon blouson. Je portais l'écharpe que tu m'avais offerte. Tu as décidé de jouer l'étonnement de me voir, de remarquer que j'avais vieilli, que je ne te ressemblais plus autant.
Je ne me rappelais pas, moi, combien la sensation d'être amoureux irradiait la poitrine et que c'était douloureux.
La journée n'a pas suffi à enlever la surprise de ressentir cette douleur encore, et le manque.
La journée s'est passée dans le manque et dans l'attente déçue. Je ne sais pas de quoi il s'agit, du cours de cette vieDans la foule qui danse, une femme me fixe puis m'aborde, me demande mon nom, me donne le sien, un diminutif. Je lui dis que nous ne  nous connaissons pas. Le visage se ferme, se fait encore un peu plus agressif et elle m'enjoint de "faire attention aux gens que je rencontre". Je ne sais pas qui m'a envoyé la pythie et ce qu'il faut faire de sa mise en garde. Je dois faire attention, sans doute, attention à ne pas t'oublier, ou à t'oublier. J'ai beaucoup eu d'attentions, d'attentes. Tu as parfois soustrait mon attente à son malheur. Js. me demande pourquoi je suis "nostalgique". Le mot est juste.