Diégèse  samedi 8 janvier 2000



ce travail est commencé depuis 8 jours et son auteur est en vie depuis 14461 jours (14461 = nombre premier)
2000

ce qui représente 0,0553% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Le retour à Paris, enrhumé est difficile. Retour vers l'humidité sale de la grande ville, vers la saleté de la ville sale. Le train n'a plus de charme et aucune séduction en vue. Je m'ennuie.
Le soir de la ville est allumé. Les bruits de la ville s'agitent vainement pour m'animer. Je n'irai pas au Batofar et ne ferai aucune danseDans le lit, après le voyage lent, je ne sais que faire du corps, qui encombre et devant le miroir, je n'ai pas osé défendre le corps pâle qui m'était rendu.
Je dois dormir, je dois dormir longtemps et accepter de perdre la fraîcheur fanée de la fin de la jeunesse triste.
Le voyage en train était un cocon et la douceur de la musique rythmée soignait le mal de crâne. Vision futuriste du quai à Satolas. Magie de l'aménagement du territoire que L. aime à souligner.
Je suis arrivé assez tôt à Paris pour emplir des sacs de cadeaux pour la fête de demain. Déjeuner d'une famille inventée.
Je voudrais bien dormir cette nuit, m'enduire de crèmes et de baumes en pots de verre, répandre sur moi un calme de fraîcheur et oublier.
C'est F qui parchemine mon visage jour après jour, l'absence de F continue qui me dégrade et m'éloigne de moi.