Diégèse  lundi 10 janvier 2000



ce travail est commencé depuis 10 jours et son auteur est en vie depuis 14463 jours (32 x 1607 jours) 2000

ce qui représente 0,0691% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je ne sais pas pourquoi j'ai accepté ce pensum hebdomadaire qui ne me convient pas et ne sert personne. J'arrive sans courage et me cache aux yeux d'étudiants sans passion. 
Ces journées de janvier où les corps administratifs se congratulent sont à la fois longues et courtes, en attente et en fébrilité.
F était à la réception aujourd'hui et j'ai remarqué sa taille et son port de tête loin avant que mes yeux ne distinguent précisément son allure.
J'aurais dû me douter de cette rencontre inopportune et refuser de saigner et de me raidir, soudain glacé et sans joie.
Champagne ! Cérémonies des vœux ! La rencontre que j'aurais redoutée n'a pas eu lieu. Huîtres et atonie.
Le temps passe sans prêter aucune attention à ce que je peux faire. Je suis le fantôme de ce temps là. Ces journées de travail sont blanches et pâles aussiJ'aurais envie de piments rouges et acides qui se poseraient devant mes yeux en muleta odorante. J'ai envie de soleil et tant envie de la sueur de corps abandonnés, de journées où le sexe surgit dans la banalité quotidienne, avant, vite, que tout cela ne s'arrête et qu'il ne reste que le souvenir d'un corps qui n'a jamais été vraiment assoupli au plaisir.
Je l'aime.