Diégèse  dimanche 16 janvier 2000



ce travail est commencé depuis 16 jours et son auteur est en vie depuis 14469 jours (3 x 7 x 13 x 53 jours) 2000

ce qui représente 0,1106% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
J'ai bien travaillé et la journée de demain sera belle.
Je suis sorti courir dans le bois dévasté. Il faisait froid et mon nez s'engourdissait. Je portais cependant mon bandeau. 
Je suis aussi allé me promener avec G. à bicyclette et j'aime ces promenades nonchalantes le long du canal. J'aurais aimé que cette promenade dure longtemps, que nous allions jusqu'à Meaux, le long de cette eau grise, regarder la pression de l'eau sur les grandes écluses, voir se fermer puis se rouvrir les portes pour des bateaux engourdis.
Nous avons pris le thé en pensant que le soleil se couchait tôt.
Je suis calme.
J'ai eu des difficultés à trouver la citadelle pour répondre. Pourquoi prétendre que nous ne sommes jamais allés là-bas ? Je suis de nouveau triste
Je n'ai pas beaucoup travaillé, pas assez, mais ce n'est pas grave, pas très grave.
Je me suis levé trop tard, sans l'envie d'aller courir dans le bois, ni celle de trottiner, idiot, aux alentours de ma maison.
Il y avait du soleil mais il a accompagné ma sieste et j'ai attendu la nuit pour débarrasser les reliefs du repas.
C'est un dimanche de vieux, c'est un dimanche de pauvre, c'est un dimanche sans grand amour, sans espoir de grand amour
J'aime les fleurs de N. et sa grâce.