Diégèse  lundi 17 janvier 2000



ce travail est commencé depuis 17 jours et son auteur est en vie depuis 14470 jours (2 x 5 x 1447 jours) 2000

ce qui représente 0,1175% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
L'atonie de la fin de semaine m'avait presque fait oublier mes escapades dans les étages. Bredouille. Il n'y avait personne. Comment cet immeuble peut-il être aussi mystérieux ?
J'aurais sans doute dû m'habiller autrement. On ne me reconnaît plus avec ce visage et ces cheveux.
Je suis allé travailler en bus et j'aime la façon dont la ville se promèneC'est un long voyage. On traverse presque toute la ville et puis il faut marcher ensuite.
Je n'ai pas eu de message. Je ne sais pas si l'on trouve des photos des grandes roues syriennes sur la Toile. Si je reçois ces roues, je tâcherai de répondre par celles des Champs Élysées. 
Mais cela ne viendra pas.
J'ai retrouvé sans entrain l'odeur aigre de mon bureau, hanté pendant deux jours par les effluves des poubelles du rez-de-chaussée.
Je renonce définitivement jusqu'à l'idée même d'aller visiter les étages. Que vais-je faire ?
En hommage à la soirée amicale de samedi, j'ai mis Suzanne Vega dans mes écouteurs. Elle sait chanter encore les hymnes à mon amour pour F. C'est F. qui était là dans un paysage de collines de miel, un après-midi de promenade, le premier, apaisé, une seule fois.
Paris se change devant moi, enlève ses pierres grises rénovées et exhibe le possible du souvenir.
Je suis amoureux.