Diégèse  jeudi 20 janvier 2000



ce travail est commencé depuis 20 jours et son auteur est en vie depuis 14473 jours (41 x 353 jours) 2000

ce qui représente 0,1382% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
J'ai vu quelques flocons autour du pont de Sèvres. J'y suis toujours allé comme on va à la campagne, comme on va à Meudon, comme au 19ème siècle, comme Zola, comme un canotier. Mais c'est l'hiver.
Je n'ai presque pas vu le jour. La nuit, quelques flocons autour du pont, la nuit encore est revenue sans qu'il ne se passe rien que je sache, que je connaisse, que j'aime.
Vais-je pouvoir continuer à dérouler ce texte si les journées sont vides ainsi. Vais-je pouvoir continuer à dérouler cette vie si ce texte est vide ainsi ?
Je ne suis pas allé chercher les roues.
Je suis au bord de l'épuisement. Je le serais si la musique ne rythmait pas mes déplacements. L'air était plus vif à Sèvres qu'à Paris, plaisir de cet air là, qui me dit qu'il serait bon d'y vivre, dans un appartement à lambris, dans un appartement à parquets où je pourrais enfin m'ennuyer et vieillir.
L'envie de monter dans les étages de l'immeuble m'a repris lorsque, arrivé tôt, j'ai pu suivre des yeux une envolée de marches parcourue par des jeans bleus.
Je ne le ferai pas.
J'ai envie de partir.
Je dois chercher les roues.