Diégèse  lundi 24 janvier 2000



ce travail est commencé depuis 24 jours et son auteur est en vie depuis 14477 jours (31 x 467 jours) 2000

ce qui représente 0,1658% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Il faisait froid sur l'esplanade de la bibliothèque François Mitterrand. Nous avons pris le métro qu'ils ont appelé Météor et nous sommes sortis près des voies qui s'exhibent près de la gare d'Austerlitz et d'où l'on peut avoir une vue qui ressemble à un vieux film français.
Dans cet Est parisien-là, c'est la proximité de Paris mise en scène qui s'estompe.
Nous avons déjeuné près du Palais royal. Journée de fonctionnaire privilégié. Toutes ces journées qui font tourner le désir, qui le font cailler. Ce sont ces journées qui vieillissent.
As-tu reçu les roues ?
Déjeuner et dîner de restaurants, j'en suis fatigué. Mais la nourriture est bonne. Je travaille.
C'était un éblouissement de traverser le Pont des Arts, ce soir, Haendel dans les oreilles, comme une interprétation baroque de ce paysage de ville riche et ancienne, dorée par les gaz des éclairages savants qu'on y a placés.
Le Louvre, comme une cour de rêves.
Le froid est entré dans mes poumons et les a resserrés alors que je fredonnais les airs de vengeance et d'amour de la Cantate Lucrezia. La voix ample de Janet Baker me tenait lieu de chair. Encore.