Diégèse  dimanche 16 juillet 2000



ce travail est commencé depuis 198 jours et son auteur est en vie depuis 14651 jours (72 x 13 x 23 jours) 2000




hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
La famille est très anciennement installée dans la région, riche, commerçante, elle s'est spécialisée depuis quelques siècles dans le conseil des Princes. Un Giustiniani était déjà Baile vénitien en Syrie en 1258...
C’est Henri VIII qui a nommé Giovanni Giustiniani, cousin de Vicenzo, Consul d'Angleterre à Chio et l’on dit que son fils, exilé à Paris, fait aussi une belle carrière politique.
Le Prince monte dans le bureau, s’assoit d’autorité à la place du Consul qui reste à côté de lui, debout, osant à peine regarder ce que le Prince commence à noter.
Il lui explique que c’est comme un jeu d’échecs où l’on peut tricher. Imagine un maître aux échecs qui initierait un novice et qui en cours de partie modifierait insensiblement les règles, feignant parfois que ces modifications soient à son désavantage, allant perdre, un peu, beaucoup, et laissant l’impétrant, à la fin de la partie qui ne finirait jamais, épuisé, et incapable d'évaluer sa compétence, son habileté, ses pertes et ses gains, imagine cela et tu auras idée de l'enseignement des Princes de Chio et de la politique des Nations. Il inscrit d'abord les Consuls, ou plutôt le consul. Il y a bien le consul de Hollande, le consul de Gênes, le représentant du comptoir hollandais, mais celui qui intéresse Le prince Giustiniani, c'est le Consul de France.