Diégèse  mercredi 19 juillet 2000



ce travail est commencé depuis 201 jours et son auteur est en vie depuis 14654 jours (2 x 17 x 431 jours) 2000




hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Sauf s'il laisse la place à plus important que lui. Mais qui ?  Il faudrait un noble de France et où pourrais-tu trouver à Alep un noble français ?
J'ai réfléchi. Les Giustiniani sont princes de Chio, en ce moment, certes, mais l'histoire de notre famille remonte à l'Empereur Justinien. Nous avons des arbres de filiation qui courent, poussent, se ramifient, essaiment, fécondent pendant près de 900 ans. Tout cela est consigné dans un livre et nous permet, je te l'assure, de prétendre à un titre dans n'importe quel royaume de cette pauvre terre. Il s'agirait donc de trouver un titre français... C'est facile.
Giovanni appela son Qawas qui rapporta un coffre ouvragé de nombreuses serrures, vraies et fausses qu'il manœuvre avec grande dextérité, presque avec détachement. Il en saisit un volume richement décoré sans reliure. France, France, France... Baron, non , ce n'est pas assez. Conte. Voilà. Je peux prétendre en ligne directe au titre de Conte de MisanJe ne sais pas où est Misan et je n'irai de toute façon jamais. Tu annonceras donc, Monseigneur Giustiniani, Prince de l’île de Chio, Potentat, Consul de Sa Majesté le Roi d'Angleterre et Conte de Misan, de par la grâce du Roy de France.  Et le tour est joué. Ton petit consul doit céder la place au Conte de Misan. Et on verrait s'il s'avisait de résister.