Diégèse  dimanche 23 juillet 2000



ce travail est commencé depuis 205 jours et son auteur est en vie depuis 14658 jours (2 x 3 x 7 x 349 jours) 2000




hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je ne sais pas ce qui m'a soudain autorisé à mettre de l'image ici. Senlis, la cathédrale de carte postale retravaillée de façon automatique par un logiciel d'image peu performant. Avec l'image au centre, je ne me souviens plus quand je suis allé voir la cathédrale pour la dernière fois. Je sais que j'y suis allé pour l'éclipse de soleil, il y a presque un an. G., épuisé, dans l'attente de ne pas manger, dans la peur de devoir y aller. Je me souviens être passé devant le porche. Pourquoi n'ai-je pas passé l'éclipse de soleil à prier dans la cathédrale de Senlis ? Je ne pardonnerai jamais à G. cette défection. De ce jour date notre rupture. J'ai regardé le Tour de France. Trois fois, les coureurs sont passés devant chez moi. Je les ai vus une fois en bas, accoudé fraternellement à la barrière. Une fois à la télévision, pendant que le présentateur faisait exprès de mettre son nez sur ma petite cour prise d'hélicoptère. Une dernière fois du deuxième étage de chez G., dans l'appartement défait et refait, avec toute la rue en enfilade et les pompiers qui voulaient passer et qui ne pouvaient pas. Qui pourra dire aujourd'hui qu'il est mort à cause du Tour de France. Je suis ensuite allé me promener à bicyclette, éprouvant, comme Barthes à la fin de sa vie, mon délaissement.