Diégèse mercredi 26 juillet 2000


ce travail est commencé depuis 208 jours et son auteur est en vie depuis 14661 jours (34 x 181 jours) 2000




hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Tu m'as appelé à l'hôtel le soir. Tu me demandais quand je quitterai Damas pour Alep. Je n'avais pas l'intention d'aller à Alep. Je sais que je ne pourrais pas retourner dans la maison que tu occupais. Tu m'as rappelé que j'avais photographié ton carnet noir, celui où tu notais les histoires que tu nous montais de toutes pièces, ces histoires que nous imaginions sans doute plus complexes qu'elles ne l'étaient vraiment. Quand je serai de retour à Paris, je rechercherai dans les photos de mes albums, celle où ton carnet est à côté de ton téléphone en bakélite ancienne. La photo laisse penser que le texte attend un appel, que le carnet va répondre, enfin.
Mais je n'ai pas modifié mon voyage. C'est bien à Palmyre que j'irai tout d'abord.
Tu vois, c'est cette photo dont je te parlais. Elle était là en attente de ta publication. Personne n'avait alors pensé que cette photo, que j'avais prise en cachette pendant que tu dormais, laissant le carnet sur le coffre dans une entière disponibilité de lecture, irait un jour à Venise, avec toi, que tu l'oublierais et qu'accueilli par le même ami, quelques années plus tard, pendant une Mostra, je la retrouverais épinglée sur un tableau de liège. C'était une énigme dont j'étais seul à pouvoir répondre.