Diégèse  vendredi 28 juillet 2000


ce travail est commencé depuis 210 jours et son auteur est en vie depuis 14663 jours (11 x 31 x 43 jours)
2000




hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
J'ai pris près de l'hôtel Cham la voiture qui m'attendait. Le courtier a pris un air de conspirateur pour m'expliquer toute la difficulté qu'il avait eue à trouver pour moi une Mazda verte, comme celle dont j'avais perdu les clés, un soir, à Cyrrhus. J'aurais pu demander un modèle différent, mais je voulais pouvoir me rappeler mieux, à l'approche de la vallée et j'avais pour cela besoin d'un environnement connu, le cercle du pare-brise autour de mon regard fatigué. Je voulais revoir encore le passage des nuages au dessus des montagnes. Je voulais me souvenir et essayer enfin de comprendre l'émotion de ce paysage. Il y avait plusieurs heures de route. Mon souvenir ne m'avait pas autorisé de chauffeur. Je ne voulais plus quitter la vallée quand j'y suis arrivé. Cependant, je savais que l'avion qui me ramènerait à Paris ne pouvait pas être retardé. Alors, je suis reparti vers Damas, heureux de cette escapade, avec le goût assez acide d'une dernière visite et des jamais plus. Je vais rentrer à Paris, avec les nuages dans les yeux, avec le vent qui aura piqueté mon visage. Je ne sais pas si j'aurai encore le goût de blé poussiéreux en mémoire lorsque j'arriverai à Paris.