Diégèse  dimanche 4 juin 2000



ce travail est commencé depuis 156 jours et son auteur est en vie depuis 14609 jours (7 x 2087 jours)
2000




hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Tu m'as fait dormir tard, forçant ma fatigue à me quitter un peu, à rester là cachée dans les draps, sous la couette. Mais j'ai entendu ta respiration qui me disait que la vie pouvait rester enfouie encore. Il y avait un jour où le ciel bas se chargeait d'humidité. Il a plu ensuite, jusque dans la piscine où je nageais. La pluie dans l'eau chlorée marquait qu'il ne faisait pas froid, que l'on pouvait penser au printemps et presqu'à l'été et faisait oublier toute idée de vacances, de congés, de voyages. C'est déjà l'automne. La pluie accélérait le temps.
Je suis allé me promener dans les bois dévastés. Je suis allé sans conviction me reposer dans une nature inconnue. Je n'ai presque pas pensé à toi, goûtant l'idée d'être seul et sans aucun espoir de toi.
Où étais-tu dans cette promenade ?
Les pensées que j'ai pour toi font comme un labyrinthe, un quizz, un jeu que l'on trouve à la fin des journaux. Cette écriture est une écriture de mots croisés. Combien de grilles ont été inventées ? Depuis le début, combien de parcours fléchés ? Alors tu me dis que ces textes ne disent rien mais les amateurs de mots croisés savent qu'à la fin d'une grille, un instant, il reste comme un goût, un soupçon, une odeur intime de lettres et de mots, quelque chose de rémanent, de fugace, qui tache un peu les doigts.
Je suis allé à la piscine. Elle n'était pas découverte. Il n'a plu que la nuit, quand je suis sorti avec ma capuche pour calmer cette angoisse, pour calmer les mots que je n'avais pas écrits et qui se vengeaient en venant sans hâte faire fuir le sommeil que tu ne pouvais plus me donner.