Diégèse  jeudi 8 juin 2000



ce travail est commencé depuis 160 jours et son auteur est en vie depuis 14613 jours (3 x 4871 jours) 2000




hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Nous avions rendez vous Porte de Bagnolet à l'Échangeur pour échanger. C'était une inauguration, des sorties, des productions, du sens, disaient-ils et je te rencontre, toi, qui prends du sens quand il n'y en a si peu à donner, encore. Je te rencontre et ton allure me séduit tout de suite, tes yeux me font publier les images d'ailleurs, du désert et des fontaines sur des places fraîches. Je sais que je vais mourir pour toi maintenant, que je ne veux plus être sans toi jamais, que tu dois être là dans ma vie de ma vie, au centre et autour aussi.
Que faisais-tu là, dans cette presque disparition ? Quel sacrifice me demandes-tu, dans le jour de ce jour ? Quelle manie te prend par la main pour te séparer de moi ?
Je ne sais plus ce que j'ai écrit lorsque tu me le demandes. Je ne sais plus ce que je dis et ce que je crois mais ce n'est pas grave. Ce ne sont que des mots qui passent, des mots qui partent. Tu me demandes ce que je fais et je n'en sais rien. Tu crois que je te délaisse alors que tu ne me connais pas. Tu sais à peine mon nom, tu ne connais presque pas ce je crois.
Toute la journée, tous les jours, tous les siècles de travail qui marchent et qui martèlent. 
Il y a un film qui est sorti et qui raconte une histoire d'amour. C'est mon histoire, c'est la nôtre et je ne sais quoi en penser.
Te rappelles-tu cette plage de Deauville ? Te souviens-tu de ces corps ?