Diégèse  samedi 17 juin 2000



ce travail est commencé depuis 169 jours et son auteur est en vie depuis 14622 jours (2 x 3 x 2437 jours) 2000




hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Quand tu passes me voir, je ne suis pas encore prêt. Tu regardes mon torse sans aucune autorisation. Le corps déboule et très vite, la gêne de la possibilité du sexe se met entre nous et altère les voix et les regards. Nous décidons d'aller prendre un verre, plus loin, dans un bar.
Nous nous sommes rencontrés encore en cachette, comme toujours. Nos rencontres ne se voient que dans le texte.
Tu voulais que nous rentrions pour faire l'amour mais je sais bien que tu ne sais pas faire l'amour. Je ne voulais pas recommencer des baisers froids, des corps sans désir, à l'encontre du texte.
La journée de soleil a passé sans soleil. J'ai remis les papiers à leur place. Je ne te verrai plus.
C'est sans joie que la journée s'est passée. C'est une journée où le temps a tardé, toujours. La fin de l'après-midi se donnait du matin, comme une journée qui retombe en enfance, qui marque sa vitalité encore un peu. La soirée se donnait à rebours, la fatigue s'estompant à mesure qu'elle avançait, et il a fallu de l'alcool pour dormir un peu. 
Je regarde mon corps dans le prisme du miroir et je vois bien les vieilleries de la peau. Comment fais-tu encore ? 
C'était une journée de poussière, où l'Euphrate parfois, celui de Babylone, coulait dans ma pensée comme un rafraîchissement bref et pourtant étale. L'Euphrate lave la poussière, comme les larmes.
Te souviens-tu des fleuves d'Orient ? Et le souk ?