Diégèse  lundi 15 mai 2000



ce travail est commencé depuis 136 jours et son auteur est en vie depuis 14589 jours (32 x 1621 jours) 2000

ce qui représente 0,9322% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je suis à Poitiers. C'est bien. La ville s'étale sous mes fenêtres avec la douceur portée des ombres des arbres fous. Je ne sais pas ce que Poitiers me veut et me donne. Tu sais que la vie à Poitiers doit être plus douce que la vie de Paris qui fait pleurer les yeux et marche au coeur cassé.
Je suis arrivé en train et j'étais attendu, sans heurts, la voiture m'a emmené entendre les conflits de quelques personnes sincères.
J'ai appelé au téléphone ton amour qui naissait, tu le découvres marchant droit vers la blessure du souvenir. Je ne te laisse pas faire et je ne crois pas que tu y gagnes.
Quand tu me parles, la vie vibre.
Quand tu me parles.
Je suis à Poitiers. L'hôtel m'offre une climatisation à télécommande qui ouvre et qui ferme des volets, qui décide de la température de l'air et du bruit, même, que le moteur doit faire ou ne pas faire. Tout à l'heure, en m'endormant, je l'oublierai au risque de me dessécher et de m'entendre tousser ensuite, la nuit. 
L'hôtel de Poitiers m'offre aussi des volets roulants électriques qui montent et qui descendent sans bruit, sans encombre, sans surprise.
Il y a le téléphone qui sonne et mon téléphone qui entend la phrase de ta vie qui me parle.
Je ne comprends pas pourquoi tu me donnes ainsi soudain la ferveur. Tu ne comprends pas pourquoi je la refuse. Mais je fais semblant, je me cache et de toi je pleure.