Diégèse  mercredi 22 mars 2000



ce travail est commencé depuis 82 jours et son auteur est en vie depuis 14535 jours (32 x 5 x 17 x 19 jours) 2000

ce qui représente 0,5642% de la vie de l'auteur

hier
 
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
J'aime beaucoup aller au vaisseau de l'Assemblée pendant les séances de nuit. Le gros bâtiment pataud bruisse et les couloirs portent les ombres. Des hommes en habits montrent que la vie passe et qu'ils ne sont que des rouages insolubles de la fébrilité des hommes. Je m'endors facilement sur des banquettes de velours rouges, fixant le marbre d'une colonne, un plafond peint dans une légère odeur d'encaustique et de sueur d'hommes trop gras.
Je suis finalement rentré, sachant que je n'y comprenais rien, comme lorsqu'on m'oblige à regarder un match de football.
Je ne suis pas allé à l'Assemblée nationale. J'ai suivi les débats sur le fauteuil noir de mon bureau, les écoutant et les regardant sur l'écran de mon ordinateur, incapable de me concentrer vraiment sur des passes d'arme très codifiées.
Je suis allé dîner chez Js., tendu, mal à l'aise, fatigué, et sans aucun espoir. J'ai regardé son corps paré, souple et tendre, incapable d'en ressentir autre chose que le manque, la perte.
De retour chez moi, j'ai mesuré encore une fois la douleur d'une vie qui se donne et la vie d'une vie qui passe ainsi. Je suis vivant.