Diégèse  dimanche 12 novembre 2000


ce travail est commencé depuis 317 jours et son auteur est en vie depuis 14770 jours (2 x 5 x 7 x 211 jours)
2000




hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je suis sorti sous la pluie pour aller voir les tombes fleuries du Père Lachaise. Je vous ai aperçus au loin d'une allée, la pluie vous donnait cette démarche saoule que l'on prend à deux sous un parapluie, soudain liés de force, soudain sans possibilité de se séparer et avançant en attelage, échangeant les banalités des corps qui se côtoient. Je ne peux dire ce que cette image m'a donné de peine. Je vous voyais enfin tels que vous n'auriez jamais dû être, ensemble, et sans moi. Je me suis dissimulé sous le rideau de pluie et je me suis éloigné, déguisant ma démarche, prenant au passage quelques brins de bruyère pour fleurir dans ma mémoire la dépouille de notre histoire.
Je n'aurais pas dû aller si près de la mort, porter des fleurs aux amours qui passent.
Je suis sorti la nuit, sous la pluie, pour rejoindre la tour Montparnasse et ses parvis glissants. Je me suis rappelé que tu jouais ici, que tu glissais ici sur des patins que je t'avais offerts, il y a quelques années, quand tu riais encore des farces et des tours que tu préparais pour la vie.
Je ne vais plus souvent sur les parvis de Montparnasse, on n'y rencontre plus les rires, et quand la pluie est là, on ne rencontre plus rien que le hasard de parapluies fous.
Je suis rentré ensuite, abreuvé de mots et de bruit, la tête échauffée à nos rires qui me revenaient dans toute la soudaineté du souvenir qui blesse. Je suis revenu en marchant, trop lointain déjà pour espérer rattraper ce temps.