Diégèse  dimanche 19 novembre 2000


ce travail est commencé depuis 324 jours (22 x 34 jours) et son auteur est en vie depuis 14777 jours (7 x 2111 jours)
2000

ce qui représente 2,1926% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je suis allé courir dans le bois de Vincennes et ensuite tu m'avais invité à prendre du thé dans le salon jaune de ta maison. C'était la première fois que je voyais le petit jardin sous la pluie et les feuilles jaunes donnaient du plaisir à l'herbe verte, je crois.
Tu me disais que la fatigue n'était plus comme avant, qu'elle prenait le corps de façon plus forte.
Je suis rentré, avec toutes les courbatures que l'on essaie d'éviter quand on court le dimanche matin dans les bois.
J'ai passé ma journée à regarder la cour et à attendre que tu viennes, mais j'ai attendu sans que tu viennes pour me faire mentir, pour que je ne puisse pas reprocher ta désinvolture. Tu ne me fais plus pleurer. Je crois aussi que je ne pourrai plus t'évoquer, jamais.
Je suis rentré dans le soleil de novembre, qui marquait les bois d'une lumière de dimanche matin et je pensais à toi, dont la présence seule aurait donné plus de dimanche à ce dimanche, plus de repos et plus de joie, sans la nostalgie de ton corps, sans le manque de ta voix. 
Plusieurs fois, dans la journée devenue maussade de ton absence, les larmes sont venues, ignorant mes protestations, ne sachant pas que je ne les voulais pas, que je voulais faire comme si. J'ai pensé disparaître, me dire qu'il y avait le temps, me dire que je pouvais aller ailleurs, sous des soleils égyptiens moi aussi et puis j'ai renoncé, danseur de douleur, danseur de tristesse, refusant cette idée de devoir encore jouer avec les larmes
Dans le soir, c'est ta voix que j'entends et je ne m'y ferai jamais.