Diégèse  jeudi 23 novembre 2000


ce travail est commencé depuis 328 jours et son auteur est en vie depuis 14781 jours (3 x 13 x 379 jours)
2000




hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Tu me donnes de la solitude comme on donne à boire à un petit enfant, par petites gorgées, dans un verre adapté, en matière plastique pour qu'il ne casse pas, pour qu'il apprenne, pour faire comme les grands. Tu me laisses ainsi sans que je le sache vraiment, sans que je le perçoive et je ne peux plus rêver de toi sans rêver même dans mes nuits que tu pars, que tu me laisses et mes rêves se cassent, plus vite que les verres de plastique dur des enfants.
Je suis rentré ce soir sous la pluie. Je voulais laisser l'eau mouiller mon visage, jouer avec la pluie aux larmes. Je ne pleure plus quand je pense à toi.
Je suis rentré, sans que tu le saches. Ton absence définitive ne te permet pas de savoir ce que je fais, de suivre mes pas et mes rêves. Tu te moques de tout cela comme tu te moques de la vie, de la mienne. Tu es comme le désert.
Je ne sais pas comment j'ai laissé cette journée se passer. Je ne l'ai pas conduite, je ne l'ai pas décidée, je l'ai laissé faire, maussade et douce à la fois, sans heurt et sans marques, si ce n'est tes appels qui ne venaient pas, qui ne pouvaient pas. 
Je vais partir pour New York, je vais aller dans la grande ville folle qui joue avec ses tours, je vais chercher une terrasse, un appartement décidé, lancé, rare et raréfié, avec des tapis sur le sol qui dessinent des meubles bas. Tu n'y seras pas et je m'en moquerai. Je crois que New York va me permettre de t'oublier, de ne plus imaginer ton existence sans moi. 
Quand je ne sais plus à quoi penser, je pense à New York, je pense à ta visite, à ces yeux que je voyais au café. Je ne pensais pas plus à toi qu'à personne quand je suis entré dans ce café et c'est à toi que je pense maintenant. La vie.