Diégèse  mardi 3 octobre 2000


ce travail est commencé depuis 277 jours et son auteur est en vie depuis 14730 jours (2 x 3 x 5 x 491 jours)
2000

ce qui représente 1,8805% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Je ne sais pas bien ce qui s'est passé aujourd'hui. Le téléphone a sonné assez tôt dans la chambre. Tu étais à Cannes, tu avais appris que j'étais dans cet hôtel de la Croisette, tu venais, tu pouvais passer, juste un instant, au réveil, parce que c'était amusant après tout ce temps, dans ces circonstances là. Quelques instants après, tu étais dans la chambre, dans le babil de ta surprise et calé sur les oreillers, je te regardais ouvrir la fenêtre, t'exclamer sur le bleu de la mer et les bateaux que l'on voyait plus loin, vers Saint Tropez, pour la régate classique qui se tiendrait l'après-midi. Après avoir effleuré mes lèvres, et ton parfum va rester avec moi longtemps encore, tu as quitté la chambre, l'hôtel et Cannes et je ne saurai jamais ce que tu y faisais.

C'est toujours la même histoire.
Dans le temps de l'automne, je n'ai plus la clé des sentiments. Je suis allé, une fois rentré de l'aéroport, dans le presque printemps revenu, à la grande Halle de la Villette, pour une fête avec des gens qui fêtent, dans la soirée déguisée en soirée multi dansante. Je me suis senti seul comme cela n'était pas arrivé depuis longtemps.
Il y avait des lumières, de l'alcool et le Paris qui s'agite et qui parle, qui s'agrège autour de ceux qui passent à la télévision.
Je suis rentré dans la douceur humide du soir déçu, pensant à toi, à tes foucades, à tes tendresses, ne sachant plus vraiment ton nom et son orthographe.
Demain, je ne serai plus à Paris. Je pars pour quelques semaines dans l'Orient de l'enfance, sans les complications des sentiments.