Diégèse  mercredi 11 octobre 2000


ce travail est commencé depuis 285 jours et son auteur est en vie depuis 14738 jours (2 x 7369 jours)
2000




hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passé déjà passé et à venir
Je ne trouve pas l'entreprise que je dois absolument trouver vite pour ne pas manquer le rendez-vous. Je retrouve le numéro de téléphone et j'appelle à l'aide, demande des repères, des indications. Quand la dame qui me parle commence l'explication, je vois un chien dans les fourrés misérables qui longent la voie ferrée, un chien de chasse, beige, avec des taches et mon esprit part vagabonder avec lui dans les herbes folles, avec ma folie. Je n'écoute pas comment trouver le chemin, je raccroche en remerciant, il faudra que je trouve une autre solution
Dans le studio d'enregistrement très sombre, avec la musique qui donne le rythme, je pense qu'il y a trop longtemps que je ne t'ai pas donné de baiser.
On a creusé sous le Palais du Pharo pour construire le centre de conférences. Après les quelques mots dits, le peu d'échanges qui ont tenu lieu de conversation, je suis invité au cocktail d'ouverture de la manifestation. Je monte quelques marches et la ville de Marseille s'est parée. Il y a le vieux port qui joue de ses mats comme dans une Hollande méridionale, les lumières d'éclairage public qui marquent les perspectives et les panoramas. Les bateaux de voyage qui se demandent pourquoi ils ne sont pas encore partis. Je sors marcher sous la pluie, je fais semblant de t'appeler, de m'entretenir avec toi de rendez-vous, de sourires et de caresses. Je rentre dans la salle, les odeurs d'alcool et de fumée mêlées deviennent soudain ton parfum, la douceur de ta peau et ton souvenir que je pleure.