Diégèse  jeudi 12 octobre 2000


ce travail est commencé depuis 286 jours et son auteur est en vie depuis 14739 jours (3 x 173 jours)
2000

ce qui représente 1,9404% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
J'ai pris quelques photos de Marseille en attendant le taxi ce matin. Il m'a conduit sans parler à l'aéroport perché et j'ai quitté la ville à peine connue, à peine sentie pour revenir vers Paris que je connais mieux que toi et qui me manque plus que toi. 
Dans mon bureau de poussière, les papiers ont eu le temps de s'accumuler sous l'œil vigilant des secrétaires. Au milieu, je trouve une lettre de toi, avec quelques mots griffonnés qui disent que tu voudrais me voir, m'avertir de quelque chose
Je te rejoins dans ce café où nous avions nos habitudes. Tu m'annonces ton départ proche, un amour que tu n'espérais plus. Je me réjouis, t'embrasse amicalement et décide de ne pas garder de trace.
Je suis parti de Marseille dans la nuit, dans le froid, sans avoir rien vu de la ville, vraiment, sans en avoir goûté les promenades, les quais, les rives, les terrasses. J'ai repris un avion et je suis revenu à Paris. Au bout de l'autoroute, la capitale brillait, un rayon de soleil de consolation
Quand j'ai vu apparaître ta silhouette tout à l'heure, dans la rue, d'abord ta marche, le volume que tu occupes dans l'espace, puis ton visage que je n'ai pas reconnu tout de suite, j'aurais voulu être ailleurs, loin, ne plus penser, ne plus voir
Je suis rentré dans le métro, ce soir, et tu n'étais pas avec moi, pas comme la dernière fois quand être dans le métro avec toi, juste cela, me faisait sourire.