Diégèse  mardi 5 septembre 2000


ce travail est commencé depuis 249 jours et son auteur est en vie depuis 14702 jours (2 x 7351 jours)
2000

ce qui représente 1,6936% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Il faut marcher. Le matin, préparer la marche est aussi long que de remettre en route une machine ancienne et je ne peux partir, le pied droit en dehors, l'aine brûlante de devoir forcer cette ouverture, qu'après de longues minutes de soins. J'expérimente ainsi, mieux, ce que l'esprit peut donner au corps. La journée, de fait, je suis plus concentré, je n'ai plus de corps à m'occuper. Je le boude puisqu'il me lâche, je le laisse faire, tant pis si les épaules s'affaissent, si le ventre pointe, si la chemise, trop courte, sort un peu du pantalon. Debout, c'est sur le paraître ne pas avoir mal que je mets tous les efforts. C'est sur le sourire, l'application à dire que oui, ça va, oui, ça va, oui, ça va. 
Le soir, j'ai vu M.L. Nous nous sommes regardé vieillir dans le miroir, nous nous sommes reconnus et nous avons su que nous ne vieillissions pas.
C'est presque comme un soir d'été. Je ressors de chez moi, les pieds sanglés dans de grosses chaussures. Ils ne peuvent plus vraiment protester. Je roule dans les rues, l'air y est doux et je me détends, le torse en équilibre sur le cadre de la bicyclette. Je te rejoins. Tu as accepté ce rendez-vous à la dernière minute. Je t'ai demandé de venir, tu as accepté. C'était facile de te demander juste aujourd'hui si tu me reconnaissais, si tu voulais bien me reconnaître encore. Tu as joué en passant plusieurs fois devant la terrasse du café où je suis assis. La troisième fois, tu me fixes des yeux, quand j'esquisse un sourire, tu détournes le regard. La cinquième fois, toute la terrasse te regarde et je sais que tu n'auras plus le cran de venir t'asseoir là, à côté de moi. 
Alors je me lève et tu me suis, sous le regard amusé de toute la clientèle du café et nous allons plus loin, la porte à côté, continuer notre très ancienne conversation.