Diégèse  samedi 16 septembre 2000


ce travail est commencé depuis 260 jours et son auteur est en vie depuis 14713 jours (14713 = nombre premier)
2000




hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Tu te souviens de la pluie qui nous avait ramenés, comme l'eau qui remonte dans le chenal tire le bateau. Nous en avions parlé lors de ce dîner pendant lequel tu avais renversé la bouteille de vin sur la nappe alors que les fenêtres du mur jaune, derrière toi, me disaient que la nuit passerait doucement, que c'était encore l'été, qu'il n'y avait rien à craindre de l'été
Je suis allé le matin au Centre Pompidou, écouter parler de culture et de culturel. La pluie s'était arrêtée. À la sortie, de jeunes urbains étaient attablés et renversaient parfois un peu de bière, du vin même sur les nappes. Mais ce n'était plus l'été et je craignais l'automne. Il n'y a rien à craindre.
Il n'a pas plu de cette journée d'automne. Je me suis senti moins enfermé, plus en couleur que d'habitude. C'est sans doute parce que tu m'attendais à la sortie du Centre Pompidou. J'aime boire avec toi, un café liégeois impromptu, qui dit la douceur de jours passés et la crème sucrée qui rend la disparition moins âpre. Je suis rentré sur la bicyclette, m'attendant presque à tomber de joie à chaque carrefour. Ainsi, tu étais de retour, tu acceptais de me voir, de m'attendre et ton genou pouvait presque sous la table caresser le mien.
Ton corps a un peu changé mais je reconnais le désir, je reconnais les yeux noirs qui brillent. Tu ne pouvais pas m'accompagner plus longtemps. Je suis rentré dans la répétition de nos mots, de nos gestes et de nos sourires.