Diégèse  mercredi 27 septembre 2000


ce travail est commencé depuis 271 jours et son auteur est en vie depuis 14724 jours (22 x 32 x 409 jours)
2000

ce qui représente 1,8405% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





à venir et déjà passédéjà passé et à venir
Quand je suis sorti du jardin, au moment de traverser le hall pour rejoindre cette petite cour qui donne sur le faubourg Saint-Honoré, j'ai croisé ta silhouette douce qui arrivait. J'étais docte et discoureur, me tenant un peu penché vers mon interlocuteur. J'ai regardé à peine mais ceux qui m'accompagnaient ont remarqué le regard, m'ont souri et je n'ai pu déceler s'il y avait là un peu de pitié.
Toute la journée, j'avais attendu cette réception-là, certain d'avoir un peu de rires et de détente après l'enfer des coups de téléphone.
Dans ton dernier message, je ne reconnais plus ta voix, je ne reconnais plus ton rire. Je ne te reconnais plus.
Je suis rentré d'Avignon sans aucune des photos que j'y avais prises. Je suis au moins certain que tu n'y seras pas.
Je me souviens bien maintenant de ce petit voyage de vacances que je me suis offert dans la douceur du dimanche passé. Je me souviens bien du retour surtout, avec le soleil qui m'endormait, qui me lorgnait. C'était avant. J'ai le sentiment que tout est avant
C'est un soir de souvenirs de cœurs qui battent. C'est un soir qui se rappelle plus loin que l'automne, plus loin que la pluie de l'automne qui vient.
Il aurait fallu que tu acceptes de me dire sous quelles conditions tu aurais accepté de m'accompagner à Chartres dimanche, après quels chantages, après quelles tristesses.
Tu te rappelles sans doute que Chartres est proche de Combray. Je t'y emmènerais aussi et nous pourrions pêcher dans la rivière.