Diégèse  mardi 4 décembre 2001


ce travail est commencé depuis 704 jours et son auteur est en vie depuis 15157 jours (23 x 659 jours)
2001

ce qui représente 4,6447% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
Je peux encore aujourd'hui entendre battre mon cœur, sur le quai du métro, devant un café que je laisse un peu loin, toi, sans toi, avec toi, doucement avec un peu de tranquillité qui se donne, qui se repose, apaisée, menteuse aussi car le sommeil ne viendrait pas sans l'évocation discrète du désir. Je regarde les touches du clavier, sans bien savoir, sans bien connaître la magie rythmée qui donne ces mots, et j'entends encore battre mon cœur, trois fois, cœur, comme un anniversaire. tu montes l'escalier Je te rejoins ce soir, pour une première fois, dans le café où je rencontrais Js. de temps en temps et où nous parlions de toi sans que tu le saches vraiment. Je regarde tes yeuxAprès, je rentre, je remarque qu'il ne fait pas si froid mais le sommeil me gagne plus vite que l'idée d'une promenade, d'une vacance douce sur les bords du fleuve, d'une ballade, comme une chanson qui n'aurait pas de refrain et que l'on ne pourrait donc jamais se rappeler. Après le texte élargit le temps. On y voit des plages molles de farniente alors que seule l'écriture marque cette pause dans le cours sans arrêt.
 














2000