Diégèse  lundi 12 février 2001


ce travail est commencé depuis 409 jours et son auteur est en vie depuis 14862 jours (2 x 3 x 2477 jours)
2001




hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
Il y a toutes formes de compensation à ton absence, au crime de ton manque. Souvent, je cherche un peu de toi dans les yeux de qui je croise. Je me demande s'ils ont croisé ton regard, si tu leur as souri. Souvent, je regarde la ville, me demandant quand tu as pu passer la dernière fois dans cette rue, si tu as pu y passer un jour. C'est vrai que l'année dernière, je faisais des achats, laissant au samedi la possibilité de m'encombrer encore davantage d'objets, d'inutilités et de futilités diverses. Je n'ai jamais songé à acheter un de ces petits appareils qui provoquent l'oubli et que doivent bien vendre quelques griots et enchanteurs des quartiers nord de la ville. Je dois y penser et m'appliquer bien fort à penser à toi sans tendresse. le grand vide Je suis arrivé à Cannes, encore, avec quelques jours d'avance sur notre rendez-vous. Les hôtels se chamaillent sur la Croisette, changent de couleur pour faire des mines et s'amuser avec la tristesse vague du déjà fini. La mer même, se balance un peu, pour donner le change, pour dire qu'elle fait son travail, qu'elle est payée pour ça. Tu n'es pas à Cannes, tu ne viendras  pas et ceux qui ont connu nos danses et nos yeux dans les yeux se demandent où tu peux bien être et me regardent avec l'étonnement un peu craintif, gêné aussi, qui s'impose pour les grands amoureux.
La nuit, la ville vide marque sa nonchalance et martèle à l'envi qu'elle n'est plus que solitude cendrée.
 












2000