Diégèse  vendredi 23 février 2001


ce travail est commencé depuis 420 jours et son auteur est en vie depuis 14873 jours (107 x 139 jours)
2001

ce qui représente 2,8239% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
Le mois de février doit inciter au sommeil ou pire à l'endormissement qui se targue de ne pas ennuyer et d'être bon pour la santé. Le froid de la fin de l'hiver pourrait faire en sorte que tu t'endormes avec moi et que tu ronronnes un peu comme si tu m'aimais, avec gentillesse. Dormir avec moi comme s'il était déjà tard.
Je t'aime, je ne t'aime pas, je t'aime, je ne t'aime pas, le texte ne dit pas autre chose dans son bégaiement poseur.
Tu ne sais rien de mes douceurs, rien de ma solitude grandissante qui se donne peu à peu.
Et dans les temps douceâtres de la vie, et dans les temps qui dansent, ton image disparaît sans qu'il soit jamais possible de la retenir. Et je te donne mes joues et tes yeux qui peuvent pleurer encore.
je ne me rappelais pas que le Ghab m'émouvait autant Je ne reconnais plus l'enthousiasme des jours. Le téléphone ne sonne que pour dire des désillusions fortuites qui marchent sur le ciel. 
Je vais boire un verre avec toi dans le soir qui est tombé maintenant.
Je vais dîner et la nuit s'en mêle et j'écoute la musique le soir sans y croire vraiment. Les mots s'embrouillent. Tu ne sais plus rien de ces décisions nocturnes, des prédictions qui te faisaient me rejoindre fort tard et je te disais que tu sentais le tabac et l'alcool avant de dormir près de toi comme je n'avais jamais dormi. Que dis-tu maintenant de ces solitudes entrecroisées et de ces corps que tu ne touches plus ?









2000