Diégèse  dimanche 25 février 2001


ce travail est commencé depuis 422 jours et son auteur est en vie depuis 14875 jours (53 x 7 x 17 jours)
2001

ce qui représente 2,8370% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
J'étais avec toi sur un quai de gare dans la fumée du vendredi soir, lorsque pour la quitter plus vite on la presse, on l'encombre et on ne lui concède plus aucune grâce, aucun répit. 
J'avais croisé des yeux qui disaient le désir, je m'en souviens bien maintenant. Je ne suis pas certain que je t'aimais encore, en vérité, pour de vrai, pas comme on s'amuse à dire que l'on aime pour occuper le temps.
Un an que j'ai laissé derrière moi l'envie de raconter la suite des histoires orientales et mordorées, où l'on sait que Mathieu meurt et que François y perd l'enthousiasme. Les fins d'hiver sont toutes les mêmes, elles donnent un peu de froid pour mieux nous surprendre chaque fois. Les fins d'amour sont toutes les mêmes, il n'y fait même plus froid.

Toute la journée, j'ai laissé le rhume monter en moi, le sentant refroidir mes mains et prendre ma poitrine comme on enserre, comme on écrasait dans la cuisine de ma grand-mère les torchons remplis de pulpe de fruits pour faire la confiture.
Nous sommes allés nous promener doucettement pour voir la Place de la Bastille et la Place des Vosges, ignorantes l'une de l'autre, peuplées aujourd'hui des mêmes populations sur roulettes qui le dimanche renouent avec l'enfance, avec la glissade.
Dans le soir j'avais froid et j'ai décidé de ne pas penser à toi, pour être certain de ne pas trouver d'autres raisons d'avoir un peu mal. J'ai quand même eu un peu mal en imaginant ta nouvelle vie. 
 















2000