Diégèse  jeudi 11 janvier 2001


ce travail est commencé depuis 377 jours et son auteur est en vie depuis 14830 jours (2 x 5 x 1483 jours)
2001

ce qui représente 2,5421% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
Le 11 janvier dernier, les promenades à bicyclette étaient l'occasion de longues divagations sur la passion, la maladie et la mort. La mort est peu présente dans ces textes parsemés. Je pensais en tout cas qu'elle apparaissait peu mais une recherche rapide m'a montré qu'elle était bien là, guettant sa proie de mots tous les mois ou tous les deux mois, se prélassant douillette dans les recoins du texte. J'ai des morts de printemps, des morts d'automne qui se donnent et puis s'oublient toujours, des morts d'hiver qui viennent avec le froid. Dans ma passion souffrante pour toi qui s'aiguise à mesure qu'elle s'épanche pourtant, je meurs à mesure des lignes, comme le temps qui s'écrit. J'ai photographié pour toi ce qui n'est pas encore le passé J'avais dit que je prendrais des photographies d'Autrans, comme on en prend quand on part en vacances, quand on a des amis, des amours à qui montrer ce que l'on a vu et que l'on commente les images en se serrant sur le canapé et en échangeant des baisers et des caresses aussi. Mais l'image de neige restera une image secrète, dans sa solitude là, dans le texte, morte elle aussi. À la toute fin de l'année dernière, j'ai connu d'autres paysages de neige, que je ne te montrerai que quand tu seras là, dans la parfaite disposition de regarder.
 














2000