Diégèse  jeudi 25 janvier 2001


ce travail est commencé depuis 391 jours et son auteur est en vie depuis 14844 jours (22 x 3 x 1237 jours)
2001

ce qui représente 2,6341% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
Dans le froid de Paris, j'appelle des villes sombres. Je ne connaissais pas Venise alors mais cette ville sombre, loin des éclairages oranges qui sont partout imposés, c'est elle, avec ses marches qui résonnent. Je me rappelle cette promenade le soir, revenant d'une soirée presque manquée. A l'arrêt du vaporetto, il y avait un homme qui souffrait, dont je n'ai jamais su s'il était fou ou malade ou malade de folie ou s'il était amoureux et vers quel canal il se dirigeait pour engloutir sa passion. Comme un diable inventé et si triste.
C'était une mauvaise journée, comme me l'avait révélé l'horoscope que je lis maintenant tous les jours pour connaître l'humeur dans laquelle tu seras toi aussi. J'avais lu déjà, dans les augures passées que les jours de janvier portent avec eux un maléfice particulier, celui de l'atonie, celui du calme mort pendant lequel rien n'arrive, rien ne vient, rien ne se passe.
Je regarde tes yeux dans ce café sale. Je te regarde et je souris et je pense que même ce sourire est volé à l'absence d'amour.
 


















2000