Diégèse  dimanche 20 mai 2001


ce travail est commencé depuis 506 jours et son auteur est en vie depuis 14959 jours (7 x 7137 jours)
2001




hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
Si j'étais sur ce boulevard, habillé tout en noir, dans le matin que je me rappelle ensoleillé, amusé de mon piètre costume de clerc défroqué, c'est que j'avais passé la nuit chez toi, dans les vapeurs de notre alcool et de notre désir, et dans les temps amusés où nous chantions des chansons d'amour sans y croire un seul mot.
Je ne regrette pas ce temps de mal de crâne et de grande fatiguetu jouais à l'envi à me donner de mauvaises répliques.

Je ne passe pas la journée à t'attendreJe suis directement dans tes yeux et je vois avec toi le paysage de tes voyages. Parfois nous parlons, parfois nous rions et parfois passe le vent d'autres sentiments qui se gravent. Quand tu arrives, je regarde tes yeux qui rient encore de la rencontre et je ris. Ton corps délie mon corps peu à peu dans une tendresse et des soupirs. Et les voix se cajolent.
 

















2000