Diégèse  jeudi 24 mai 2001


ce travail est commencé depuis 510 jours et son auteur est en vie depuis 14963 jours (13 x 1151 jours)
2001




hier  
L'atelier du texte demain






Comme le temps passe : 2001 = 2000 + 1
Le texte de l'an passé fait toujours davantage écho, prophétie de ces jours ci, de ce jour d'attente où l'on s'étonne que ce ne soit pas encore l'hiver, que les saisons se donnent bien du mal à produire de la douceur pour rien. Je n'ai aucune nouvelle de toi et je m'étonnais, écrivais-je déjà, de ne pas me révolter davantage.
Il n'y a plus de révolte à attendre et à aimer.

Je me réveille enfin en début de soirée et pour tromper toute cette attente et l'angoisse qui taraude toute la soirée, je vais glisser sur les trottoirs chauffés de la ville, un grand tour, avec des haltes juste pour éprouver que tu ne réponds plus au téléphone, que les heures se creusent au profond d'une tristesse, d'un désespoir qui s'accentue et qui parfois, au détour d'un regard, d'une démarche, pourrait disparaître et je m'évanouis dans tes bras, et je m'évanouis dans ta voix, enfin, avec toute la rancœur et ne reste que la tristesse de ne pas pouvoir être heureux.
 
















2000