Diégèse  lundi 14 janvier 2002


ce travail est commencé depuis 745 jours et son auteur est en vie depuis 15198 jours (2 x 3 x 17 x 149 jours)
2002




hier  
L'atelier du texte demain





Est-ce le jour qui passe et qui me fait compter les voitures à la frontière, comme dans l'enfance ? Est-ce la solitude forcée et les yeux de fous qui se posent sur mes yeux tout le long du jour à la frontière ? Est-ce la chanson que je fredonne, que je fredonnais, je me souviens, le long de l'Euphrate, certains jours de légèreté ? Je suis triste. Alors je regarde les passagers des voitures et c'est un même sourire que je fais, que je donne, et je pars. Sur le chemin de l'hôtel, la nuit noire, je me rappelle tes derniers mots "tu me détestais tant que j'ai pensé que tu voulais que je meure." C'était une pose, alors, avant la fuite plus longue et tu as fait semblant de me prendre au mot. J'imaginais notre rencontre douce et mystérieuse, qui aurait pu chanter. Ce soir, blotti seul, des images de visages dans les yeux clos et cet amour qui ne dit rien d'autre que l'amour, cette douleur, si vraie, si publique, je ne la crie pas, je la pleure presque, désenchanté.
 





















2001 2000